jeudi 2 décembre 2021
à
19h30

Orchestre de Chambre de Lausanne

Renaud Capuçon direction et violon
François Sochard violon

Arvo Pärt
Tabula rasa, pour deux violons, cordes et piano préparé
Johann Sebastian Bach
Concerto pour violon, cordes et basse continue

  • n° 1 en la mineur, BWV 1041
  • n° 2 en mi majeur, BWV 1042

Felix Mendelssohn
Symphonie n° 4 en la majeur, dite «Italienne», op. 90

L’Orchestre de Chambre de Lausanne nous revient comme chaque année, cette fois avec son nouveau chef, le violoniste français Renaud Capuçon qui entame sa première saison à sa tête. Composée en 1977 pour le violoniste Gidon Kremer qui la fit connaître dans le monde entier, Tabula rasa est la première œuvre non dodécaphonique du compositeur estonien Arvo Pärt. Elle s’inspire des formes anciennes du concerto grosso de la période baroque, tels les deux concertos pour violon de Bach qui en sont en quelque sorte le modèle qui débouchera sur le miroir déformant de la musique de Pärt. Si la musique de Bach est toute de lumière, de rythme et de contrepoint savant, celle d’Arvo Pärt travaille sur une introspection statique et minimaliste d’une austère intériorité, avec l’utilisation du piano préparé. C’est à nouveau la lumière qui conclura le programme, celle aveuglante et chaleureuse d’une Italie rêvée par le jeune Mendelssohn, musicien voyageur, amoureux de la vie et des pays qu’il traverse.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
vendredi 3 décembre 2021
à
19h00

Violonissimo

Hong Anh Shapiro direction artistique
José Brito direction
Fabrizio von Arx violon

Brahms, Chostakovich, Khatchatourian, Piazzolla, Bazzini

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Victoria Hall
dimanche 5 décembre 2021
à
17h00

Orchestre de la HEM Genève

Gábor Takács-Nagy direction
Philippe Dinkel piano

Wolfgang Amadeus Mozart
Don Giovanni, ouverture
Robert Schumann
Concerto pour piano et orchestre en la mineur, op. 54
Felix Mendelssohn
Symphonie no 3 en la mineur, op. 56, « Écossaise »

Concert en forme d’adieux heureux. Ce n’est en effet pas seulement son orchestre que la Haute école de musique de Genève présente aujourd’hui, mais aussi celui qui est son directeur pour quelques semaines encore, Philippe Dinkel. Ici, le directeur laisse la direction entre les mains savantes du professeur de quatuor à cordes de l’école, Gábor Takács-Nagy, et s’installe au piano. Les multiples facettes des musiciens répondent à celles des œuvres jouées et à leurs liens mystérieux : la profondeur du drame côtoie l’amusement dans Don Giovanni, dont les accords en tutti de l’ouverture résonnent avec ceux du concerto de Schumann, où la mélancolie la plus délicate s’agite et se mue en félicité. Même impression dans la symphonie dite « Écossaise » de Mendelssohn, composée en partie à la même époque, qui entretient avec le concerto une certaine forme de sororité dans l’exposé même de ses premières mesures.

Parlons musique !

Dès 16h dans le foyer du Victoria Hall, venez découvrir ou redécouvrir l’alto, la contrebasse, le bas-son et le cor, en compagnie des étudiants et étudiantes de la HEM, dans un moment d’échange con-vivial.

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel de la Ville de Genève
lundi 6 décembre 2021
à
20h00

Arcadi Volodos

Arcadi Volodos piano
Muzio Clementi
Sonate n° 5 en fa dièse mineur, op. 25
Johannes Brahms
Sept Fantaisies, op. 116

  • Capriccio. Presto energico (ré mineur)
  • Intermezzo. Andante (la mineur)
  • Capriccio. Allegro passionato (sol mineur)
  • Intermezzo. Adagio (mi majeur)
  • Intermezzo. Andante con grazia ed intimissimo sentimento (mi mineur)
  • Intermezzo. Andantino teneramente (mi majeur)
  • Capriccio. Allegro agitato (ré mineur)

Franz Schubert
Sonate en ré majeur, D. 850

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)Fnac, La Praille, Balexert, Manor, Globus
  • Association Musika
mercredi 8 décembre 2021
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Timothy Brock direction

Charlie Chaplin
Les Lumières de la ville

Adieu émouvant de Charlie Chaplin au monde du cinéma muet, le film Les Lumières de la ville est une fable en même temps qu’une extraordinaire critique sociale tournée en pleine crise économique en 1930. Charlot est un pauvre qui aide les pauvres dans un monde injuste et hypocrite, le tout assaisonné d’un esprit burlesque savamment dosé. Pour ce chef-d’œuvre sans âge, Charlie Chaplin a composé toute la musique et imaginé une bande-son avec des bruitages divers. Comme dans les opéras de Wagner, Chaplin imagine des leitmotivs accompagnant chaque personnage, celui du vagabond présentant un mélange de mélancolie et d’espoir. Seul le thème de la flower girl (la jeune fleuriste aveugle) est emprunté à La Violetera, une chanson composée par José Padilla Sánchez en 1915. Ce dernier déposera plainte contre le réalisateur qui fut condamné à payer une forte indemnité au compositeur. Par sa réalisation, le jeu des acteurs et le message qu’il contient, Les Lumières de la ville (City Lights) reste un des plus beaux films de l’histoire du cinéma mondial.

Les Lumières de la ville © Roy Export S.A.S.
Musique des Lumières de la ville © Roy Export Company Ltd. et Bourne Co.
La Violetera © José Padilla

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • OSR
jeudi 9 décembre 2021
à
20h00

Verbier Festival Chamber Orchestra

Gábor Takács-Nagy direction
Sheku Kanneh-Mason violoncelle

Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie nº 35

Edward Elgar
Concerto pour violoncelle

Ludwig van Beethoven
Symphonie nº 2

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
vendredi 10 décembre 2021
à
20h00

Marina Kaye
L’Orchestre de Chambre de Genève

Marina Kaye chant

Peu après la sortie de son troisième album, Twisted, la jeune chanteuse française de 23 ans frôle les 100 millions de vues sur sa chaîne YouTube. Sa voix – puissante et harmonieuse – se fait plus pop et théâtrale que dans ses précédents albums, un atout pour la parolière qu’elle est aussi. Elle chantera pour la première fois accompagnée d’un orchestre symphonique.

samedi 11 décembre 2021
à
20h00

Ensemble Vocal Orphée
Orchestre Symphonique Orphée

Matthieu Schweyer direction
Roberta Salvati soprano
Mi-Young Kim mezzo-soprano
José Pazos ténor
Seong-Ho Han basse

Giuseppe Verdi
Messa da Requiem, pour solistes, double chœur et orchestre

«Un opéra en robe d’ecclésiastique»: c’est en ces termes ironiques que le chef d’orchestre allemand Hans von Bülow qualifia le Requiem de Verdi. Faut-il reprocher à l’auteur de La Traviata de rechercher parfois l’effet dramatique? Le Requiem nous saisit d’autant plus que Verdi l’a conçu sous le coup de la mort de l’écrivain Alessandro Manzoni, le chantre de l’unité italienne. Développant un Libera me écrit pour la mort de Rossini, il rend hommage à la poésie autant qu’à la musique et célèbre en grande pompe l’engagement politique du héros populaire. Mais, au-delà de son apparence théâtrale, il traduit une expression très personnelle de la foi, mise en scène sonore qui plonge l’auditeur dans une terrible confrontation avec la vie et la mort et qui peu à peu s’échappe de l’obscurité pour gagner la lumière éternelle. Pour le compositeur, elle devait à l’origine signifier la fin et le couronnement de sa carrière.

La création eut lieu le jour du premier anniversaire de la mort de Manzoni le 22 mai 1874 en l’église San Marco de Milan sous la direction du compositeur lui-même. Le Requiem fut accueilli avec un grand enthousiasme et trois autres exécutions furent réalisées à la Scala. Verdi dirigea le Requiem huit jours après à Paris, à l’Opéra-Comique, puis en 1875 à Londres et à Vienne. En Allemagne, les premières ont eu lieu en décembre 1875 à Cologne et Munich. Entre l’engagement de Verdi et Manzoni pour l’unité italienne au sein du Risorgimento, dans un idéal de justice et d’humanité, l’hommage au grand maître Rossini, l’expression terriblement humaine de l’homme face à la mort et la consolation de la religion, le Requiem est une œuvre aux significations multiples et à la résonance universelle.

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Ensemble Vocal Orphée
jeudi 16 décembre 2021
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Daniel Harding direction
Martha Argerich et Maria João Pires piano

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour deux pianos et orchestre n° 10 en mi bémol majeur, KV 365
Gustav Mahler
Symphonie n° 1 en ré majeur, dite «Titan»

Composé par Mozart en 1779 pour être joué par sa sœur et lui-même, le Concerto pour deux pianos en mi bémol majeur réunit deux stars mondiales du piano pour notre concert dans un duo très attendu. Dans cette partition enjouée, les deux solistes ont une part égale demandant une grande virtuosité. Le traitement orchestral est influencé par ce que Mozart avait entendu à Mannheim et à Paris, l’œuvre est brillante et d’une grande sûreté d’écriture. Sa rareté au concert tient seulement au double cachet qu’il faut envisager et au deuxième piano de concert qu’il faut louer.

Comme pour Brahms avant lui, cette Première symphonie, dite ̍'Titan', n’a rien d’un ballon d’essai pour Gustav Mahler qui entre de plain pied dans le monde assez fermé des grands symphonistes. Tout son univers est là : la couleur de la Bohême de son enfance, la réminiscence des chants populaires (Frère Jacques), les défilés militaires, les bruits de la nature, l’ironie et le fracas du monde dans un souffle exceptionnel. Le sous-titre Titan provient du long roman d’apprentissage écrit en 1803 par Jean-Paul Richter dans lequel un jeune héros part à la découverte de lui-même.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
samedi 18 décembre 2021
à
11h00

Orchestre de la Suisse Romande
Orchestre du Collège de Genève

Philippe Béran direction

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Casse-Noisette, extraits du ballet op. 71

C’est le dernier ballet de Tchaïkovski et son ultime composition avec la Symphonie «Pathétique», des œuvres intégralement enregistrées par notre orchestre dirigé par Ernest Ansermet qui fut le directeur musical des Ballets russes. Les enregistrements de l’OSR ont longtemps été utilisés pour le travail des danseurs, tant le style et les tempi sont appropriés aux mouvements de la danse. Symbole de la magie de la nuit de Noël, Casse-Noisette est le cadre de l’histoire merveilleuse de Clara recevant un casse-noisette qui se transformera en prince charmant durant la nuit. Tchaïkovski a glissé dans cet étincelant ballet tout son amour pour la danse, pour la France et pour le vert paradis d’une enfance idéalisée découvrant peu à peu le monde des adultes. L’émotion est intense dans cette musique d’une grande richesse mélodique et d’un soin d’écriture qu’on n’avait jamais entendu pour un ballet. Par son exceptionnelle qualité musicale, cette partition va ouvrir la voie aux grands ballets du XXe siècle de Stravinski, Ravel ou Prokofiev.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
samedi 18 décembre 2021
à
20h00

Maria João Pires

Maria João Pires piano

Le programme sera communiqué ultérieurement.

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall
lundi 20 décembre 2021
à
19h00 et 21h30

Candlelight
Ballet «Casse-Noisette»
Quatuor à la bougie

Quatuor à cordes et danseurs professionnels

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Casse-Noisette

Vous reprendrez bien un peu de féerie? Juste avant Noël, Candlelight t’invite à redécouvrir un des ballets les plus célèbres au monde à la lueur des bougies. Le grandiose Victoria Hall s'illuminera de milliers de chandelles pour te transporter dans l'univers de Casse-Noisette sur les arabesques envoûtantes de danseurs professionnels. Une parenthèse enchantée et pleine de poésie dans un lieu resplendissant d’Histoire. Prêt(e) à vivre ce rêve éveillé?

Un événement organisé dans la plus grande sécurité et le respect de la distance sanitaire.

jeudi 23 décembre 2021
à
20h00

Le Motet de Genève
Ensemble Evohé
Maîtrise du Conservatoire populaire
Camerata.Schweiz

Romain Mayor direction
Sophie Marilley mezzo-soprano
Michael Smallwood ténor
Alexandre Beuchat baryton

Ralph Vaughan Williams
Hodie, a Christmas Cantate
Toward the Unknown Region

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Le Motet de Genève
lundi 10 janvier 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Daniel Harding direction
Juan Diego Flórez ténor

Ouvertures et airs d’opéra

Pour le traditionnel concert de l'an des Amis de l'OSR, retrouvez votre orchestre pour son premier concert de 2022. L'opportunité de voir diriger Daniel Harding, chef d'orchestre en résidence de l'OSR, et découvrir le ténor péruvien Juan Diego Flórez.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • OSR
mercredi 12 janvier 2022
à
19h30

Orchestre national de Lyon

Orchestre national de Lyon
Nikolaj Szeps-Znaider direction
Rudolf Buchbinder piano

César Franck
Le Chasseur maudit, poème symphonique
Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano et orchestre n° 2 en si bémol majeur, op. 19
Edward Elgar
Variations sur un thème original «Enigma», op. 36

Dans une éternelle quête du bien et du mal, Le Chasseur maudit trouve sur son chemin un chevalier blanc pour le retenir et un chevalier noir pour le pousser au mal. En cédant à ce dernier, le chasseur est dévoré par sa propre meute. Cette étrange histoire romantique allemande a inspiré à César Franck un poème symphonique d’une expression sombre et fantastique.

Compositeur maudit de ce côté du Channel, Edward Edgar vient à Genève avec l’Orchestre national de Lyon comme ambassadeur, un paradoxe bienvenu que l’on doit à Nikolaj Szeps-Znaider, son actuel directeur musical, qui fait souffler un vent nouveau sur la vie musicale lyonnaise.

Les somptueuses Variations Enigma, un thème suivi par quatorze variations dédiées aux meilleurs amis d’Elgar selon un procédé codé, font référence à un «thème caché» présent en filigrane tout au long de l’œuvre mais jamais joué. Un véritable tour de force pas si étonnant de la part d’un compositeur venant du pays de Sherlock Holmes et d’Agatha Christie. Spécialiste de Beethoven, le grand pianiste austro-allemand Rudolf Buchbinder a joué plus de soixante fois dans sa vie l’intégrale des trente-deux sonates et des concertos. Son approche accorde une grande importance à l’étude des sources.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • OSR
jeudi 13 janvier 2022
à
20h00

Europa Galante

Fabio Biondi violon et direction

Francesco Geminiani
La Follia, transcription pour concerto de la Sonate n° 12, op. 5, d’Arcangelo Corelli
Antonio Vivaldi
Concerto pour deux violons en la mineur, op. 3 n° 8, extrait de L’estro armonico, RV 522
Johann Sebastian Bach
Concerto pour clavecin en ré majeur, BWV 1054
Antonio Vivaldi
Concerto pour viole d’amour et luth en ré mineur, RV 540
Concerto pour violon en ut majeur, «Per Anna Maria», RV 179
Wolfgang Amadeus Mozart
Sérénade n° 13 en sol majeur, «Eine kleine Nachtmusik», KV 525

dimanche 23 janvier 2022
à
17h00

Ensemble I Gemelli

Emiliano Gonzalez Toro direction musicale
Mathilde Étienne mise en espace

Claudio Monteverdi
Orfeo

S’il ne s’agit pas du premier opéra à proprement parler, l’Orfeo de Monteverdi est sans doute celui qui laisse le plus entrevoir l’incroyable destin de ce genre nouveau auquel Monteverdi va donner ses premières lettres de noblesse : « une œuvre vivante, qui contient en germe tous les opéras à venir » (Jeanne Suhamy). Monteverdi, compositeur prodigieux et visionnaire, y présente un éventail extraordinaire de possibilités expressives, usant de la voix, de l’orchestre et de leurs interactions pour plonger l’auditeur dans ce drame antique. Il est porté ici par l’Ensemble I Gemelli qui, en quelques années d’existence seulement, a su proposer une vision fraîche et historiquement documentée du répertoire ancien, et qui, avec son chef-chanteur, donne la primauté au phrasé vocal et au texte chanté.

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel de la Ville de Genève
mercredi 26 janvier 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Frank Peter Zimmermann violon (artiste en résidence)

Robert Schumann
Concerto pour violon et orchestre en ré mineur
Johannes Brahms
Symphonie n° 2 en ré majeur, op. 73

Cap sur l’Allemagne romantique pour ce concert célébrant l’amitié reliant Brahms au couple Schumann.

C’est d’ailleurs Brahms qui a sauvé le manuscrit du Concerto pour violon en ré mineur que Clara Schumann voulait détruire. Achevé au lendemain de la première visite du jeune Brahms aux Schumann par un compositeur dont les facultés mentales commençaient déjà à décliner, ce concerto sera rejeté par son dédicataire Joseph Joachim, puis oublié jusqu’à sa résurrection en 1937 par le régime nazi avant que Yehudi Menuhin ne l’impose magistralement à New York en 1938. Ce concerto peu aimé s’est petit à petit hissé au répertoire aux côtés de ceux de Beethoven, Mendelssohn et Brahms.

La Symphonie n° 2 de ce dernier est une œuvre heureuse et sereine. Le rideau se lève peu à peu des brumes de l’Allemagne du Nord pour se terminer dans une lumière quasi méditerranéenne dans un ré majeur aussi tonitruant que joyeux.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 27 janvier 2022
à
20h00

Imany

Imany conception et arrangements musicaux
Thierry Thieû Niang chorégraphie
Eugenio Recuenco création visuelle
François Menou création lumière
Olivier Rousteing création des tenues (Maison Balmain)

Avec son concert-spectacle «Voodoo Cello», la chanteuse Imany jette un sort à huit violoncelles pour transformer des tubes incontournables de l’histoire de la pop de Cat Stevens à Radiohead en passant par Donna Summer, Hozier, ou encore Bob Marley…
Sans aucun artifice, elle utilise la magie combinée des cordes et de sa voix pour ensorceler les spectateurs et éveiller leurs consciences autour de la puissance du féminin.
Depuis dix ans, la voix grave d’Imany séduit son public au rythme de compositions nourries de ses inspirations soul, folk et blues. Du triomphe des deux singles Don’t Be So Shy et You Will Never Know et de ses deux albums à la bande originale du film Sous les jupes des filles, Imany enchaîne les succès partout dans le monde.
Après une pause consécutive à de longues tournées internationales, Imany retrouve la scène pour marier son timbre de voix aux chaudes sonorités d’un ensemble de violoncelles: voici une rencontre à ne pas manquer!

Un concert organisé dans le cadre du Festival Les Créatives.

dimanche 30 janvier 2022
à
18h00

Mahler Chamber Orchestra

Mitsuko Uchida piano
Mark Steinberg premier violon

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano nº 23

Anton Webern
Cinq mouvements, op. 5
Variations pour piano, op. 27

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano nº 24

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand Info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
jeudi 3 février 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Simon Sommerhalder hautbois
Michel Westphal clarinette
Afonso Venturieri basson
Jean-Pierre Berry cor

Maurice Ravel
Menuet antique, pour orchestre
Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie concertante pour vents et orchestre en mi bémol majeur, KV 297b
César Franck
Symphonie en ré mineur, pour grand orchestre

Le Menuet antique date des 20 ans de Maurice Ravel qui en réalisera une version pour orchestre près de trente-cinq ans plus tard. L’influence primesautière de Chabrier est manifeste dans cette œuvre annonçant le «classicisme» d’autres œuvres de Ravel.

La longue controverse entourant la Symphonie concertante pour instruments à vent de Mozart est loin d’être refermée. Mozart avait effectivement composé une œuvre de ce genre en 1778 durant son séjour parisien. Victime d’une cabale, la pièce n’avait pas été jouée sous de fallacieux prétextes et le manuscrit perdu. Une copie fut retrouvée dans les papiers d’un musicologue allemand en 1905, mais son authenticité reste mise en cause jusqu’à nos jours. L’œuvre est pourtant splendide et recèle des trésors de mélodies et d’expression.

Fortement perturbée par la Révolution, l’évolution de la musique en France ne passe pas principalement par la symphonie comme ce fut le cas en Allemagne. Avec sa Symphonie en ré mineur créée vingt ans après la guerre franco-prussienne, le compositeur belge naturalisé français César Franck donne à la France une œuvre d’un grand souffle s’appuyant sur les traditions française et germanique comme un symbole d’une fragile paix retrouvée avant la catastrophe de 1914.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
vendredi 4 février 2022
à
20h00

Denis Matsuev

Denis Matsuev piano

Joseph Haydn
Sonate pour piano n° 62 en mi bémol majeur, Hob. XVI:52
Robert Schumann
Études symphoniques, op. 13
Frédéric Chopin
Ballade n° 4 en fa mineur, op. 52
Franz Schubert
Impromptu n° 2 en mi bémol majeur, D. 899, op. 90
Impromptu n° 3 en sol bémol majeur, D. 899, op. 90
Igor Stravinsky
Trois mouvements de Petrouchka
(I. Danse russe, II. Chez Petrouchka, III. La Semaine grasse)

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall
mercredi 9 février 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Matthias Pintscher direction

Paul Dukas
Fanfare pour précéder «La Péri», pour cuivres seuls
La Péri, poème dansé pour orchestre
Matthias Pintscher
Neharot, pour orchestre (première suisse)
(Commande de Suntory Foundation for the Arts, Los Angeles Philharmonic, Staatsoper Dresden, Orchestre de la Suisse Romande et Orchestre Philharmonique de Radio France)
Sergueï Rachmaninov
Danses symphoniques, op. 45

Le jugement impitoyable de Paul Dukas envers ses propres œuvres est bien connu. À l’entendre il aurait fallu détruire toutes ses partitions. Pourtant, il laisse des chefs-d’œuvre comme son opéra Ariane et Barbe-Bleue, son poème symphonique L’Apprenti sorcier ou son ballet oriental La Péri. Créé à Paris en 1912, il a pour sujet un conte persan décrivant les péris, des êtres magiques plutôt maléfiques qui devinrent des enchanteresses se nourrissant du parfum des fleurs au contact de l’Islam. Ce somptueux ballet à la sensualité troublante est précédé d’une vigoureuse et étincelante fanfare de cuivres formant une sorte d’ouverture solennelle.

Violoniste de formation, chef d’orchestre successeur de Pierre Boulez à la tête de l’Ensemble InterContemporain, Matthias Pintscher est également un compositeur de premier plan et professeur à la Juilliard School de New York. Commande conjointe de l’OSR, Neharot est présenté en première audition suisse.

Surpris au cours d’une tournée aux États-Unis par le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale qui l’empêche de rentrer en Europe, Rachmaninov compose alors sa dernière œuvre, les puissantes Danses symphoniques, métaphore des trois âges de l’homme. Affaibli, malade, ce grand fumeur de cigarettes meurt le 28 mars 1943 d’un cancer du poumon dans la maison qu’il avait achetée récemment à Beverly Hills.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 10 février 2022
à
20h00

Zaz

Zaz revient avec son cinquième album à l’automne 2021. Les quatre premiers l’ayant amenée à faire trois tours du monde, il était temps pour l’artiste de poser ses valises en présentant un disque qu’elle a commencé pendant le confinement printanier de 2020. Une solitude forcée mais chérie. Un album peint à bras le cœur, comme autant de tableaux.

Pour ce nouvel album, Zaz a travaillé avec le réalisateur néerlandais REYN (Vanessa Paradis, Stephan Eicher, Benjamin Biolay, Gaëtan Roussel…) avec qui elle a pris le temps de donner une teinte particulière à chaque chanson de l’album. D’une voix qu’on ne présente plus, aussi vive qu’émouvante et toujours sur le ton juste. Des textes directs, personnels et intimes, pour une artiste accomplie.

C’est dans ce même esprit que Zaz prépare sa prochaine tournée en revisitant le monde et ses plus somptueuses salles. Des spectacles à taille humaine et à proximité du public. Un retour à l’essentiel pour revivre, le temps d’un concert, l’évidence d’un moment partagé. Une tournée baptisée tout naturellement: «Organique Tour».

Les spectateurs pourront à nouveau visiter l’univers et la personnalité unique de l’artiste, découvrir de nouvelles facettes de son art, tous ses sortilèges, et retomber sous le charme de ses plus grands succès: Je veux, On ira, Éblouie par la nuit, Qué vendrá… et son dernier tube Imagine.

Un spectacle rare, énergique, positif et généreux, qui nous donne le sourire, «de la joie et de la bonne humeur» et nous rappelle qu’il est bon de voir la vie en rose avec Zaz.

Ce nouveau tour du monde sera à nouveau l’occasion pour Zaz et son public de croiser le chemin des ONG partenaires de la tournée au travers de son réseau associatif Zazimut, ramenant ainsi une petite touche de vert à la vie en rose.

  • Ticketcorner, T 0900 800 800 (CHF 1.19/min, réseau fixe), La Poste, Manor, CFF, à Genève: Globus, Centre Balexert, La Praille
  • Victoria Hall
mercredi 16 février 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Emmanuel Pahud flûte

Jacques Ibert
Concerto pour flûte et orchestre
Gustav Mahler
Symphonie n° 5 en ut dièse mineur

Bien oubliée aujourd’hui, la musique de Jacques Ibert a pourtant plus d’un attrait. Expressif et d’une virtuosité éblouissante, son Concerto pour flûte composé en 1933 est devenu une pièce maîtresse pour les solistes du monde entier. Des trois mouvements qui le composent, le troisième, Allegro scherzando, fut choisi comme morceau de concours du Conservatoire de Paris l’année même de sa création. La Cinquième Symphonie de Gustav Mahler est un roman. Elle commence par une marche funèbre car la mort frôle Mahler à cette époque où il manque de succomber à une hémorragie intestinale. Puis le ton change peu à peu. Au cœur de cette œuvre particulièrement cuivrée s’installe un sublime Adagietto pour les cordes seules et une harpe, véritable poème d’amour dédié à sa jeune épouse Alma. En 1970, le cinéma rendra un fier service à cette page qui revient tel un leitmotiv tout au long de Mort à Venise, le très beau film de Luchino Visconti avec Dirk Bogarde dans le rôle principal revêtant l’apparence physique du compositeur. Si certains mélomanes ont pu être scandalisés par cette transposition, il ne fait aucun doute que ce film est un chef-d’œuvre et que la mort qui rôde dans cette Venise décrépite est très proche de l’esprit mahlérien malgré tout.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 17 février 2022
à
19h00

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Emmanuel Pahud flûte

Luciano Berio
Sequenza I pour flûte
Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour flûte et orchestre n° 1 en sol majeur, KV 313

Compositeur majeur du XXe siècle, Luciano Berio laisse neuf Sequenzas, une série de pièces solistiques composées entre 1958 et 1980 souvent écrites à l’intention d’un·e virtuose bien précis·e. Devenues très populaires, ces pièces se sont ajoutées avec succès au répertoire courant des instruments et de la voix. Première de la série, la Sequenza I pour flûte est bâtie sur les paroles suivantes: «et ici commence ton désir, qui est le délire de mon désir: la musique est le désir des désirs.» L’écriture complexe de Berio semble nous faire entendre plusieurs voix grâce à la rapidité et à la mobilité du jeu instrumental.

La légende dorée dit que Mozart n’aimait pas la flûte. Étrange paradoxe pour un compositeur qui lui consacra trois Concertos (dont un pour flûte et harpe), quatre Quatuors pour flûte et cordes et dont le dernier opéra, Die Zauberflöte est dédié à cet instrument soi-disant mal-aimé. Nul doute que la flûte magique d’Emmanuel Pahud nous persuadera du contraire.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
mercredi 23 février 2022
à
20h00

Wiener Concert-Verein

Pablo Boggiano direction
Timothy Chooi violon

Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie, «La finta giardiniera»
Concerto pour violon n° 5

Antonín Dvořák
Romance pour violon et orchestre

Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie n° 29

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand Info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
jeudi 24 février 2022
à
20h00

Ivo Pogorelich

Ivo Pogorelich piano

Frédéric Chopin
Mazurkas n° 1 à 3, op. 59
Sonate n° 3 en si mineur, op. 58
Fantaisie en fa mineur, op. 49
Berceuse en ré bémol majeur, op. 57
Polonaise-Fantaisie en la bémol majeur, op. 61

Programme sous réserve de modification.

L’esprit chercheur d’Ivo Pogorelich, apprécié pour sa capacité de découvrir de nouvelles possibilités expressives de la musique, est paré d’un style aux valeurs esthétiques les plus élevées, à une virtuosité unique ainsi qu’à une maîtrise technique totale.
Ses interprétations suggestives formées par un goût musical raffiné, peu fréquentes de notre temps, ont élargi les horizons de l’interprétation et de la compréhension du répertoire pour piano en établissant de nouveaux standards de l’art pianistique.
Ses concerts ont acquis le statut d’événements cultes qu’on attend avec grand intérêt.

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)Fnac, La Praille, Balexert, Manor, Globus
  • Victoria Hall
vendredi 25 février 2022
à
20h30

Avishai Cohen «50 50 50»

Nouvelle date

Avishai Cohen contrebasse
Shai Maestro piano
Mark Guiliana percussions

50 ans, 50 concerts, 50 pays, 50 villes, c’est l’anniversaire que s’est rêvé le contrebassiste Avishai Cohen pour 2020! Et il fallait naturellement que le Victoria Hall fasse partie de cette glorieuse série de dates. Avishai est un véritable monstre de musique! Pianiste de formation, bassiste de cœur, l’homme de Jérusalem a une envergure et un charisme littéralement exceptionnels. On ne compte plus le nombre de jeunes pousses qu’il a contribué à faire éclore depuis deux décennies, tout comme lui-même doit assurément à Chick Corea ses premiers pas musicaux au soleil de la reconnaissance, alors qu’il écumait les petits clubs de New York en expatrié gourmand d’aventures artistiques. Musicien souple et puissant, Avishai Cohen joue en constante interaction virtuose avec le pianiste, et la longue complicité qui l’unit à Shai Maestro fait de son compatriote le partenaire obligé de ce concert-anniversaire; ce d’autant qu’avec le concours inventif de Mark Guiliana, une des références actuelles de la batterie de jazz, la fête sera complète!

  • Les billets restent valables pour la nouvelle date et ne peuvent pas être retournés. Ticketcorner, T 0900 800 800 (CHF 1.19/min, réseau fixe), La Poste, Manor, CFF, à Genève: Globus, Centre Balexert, La Praille, Fnac
  • Victoria Hall
dimanche 27 février 2022
à
17h00

Ensemble Vocal de Lausanne
Orchestre Musique des Lumières

Pierre-Fabien Roubaty direction
Charlotte Despaux soprano
Peter Gijsbertsen ténor
Anas Séguin baryton

Joseph Haydn
Te Deum, Symphonie n° 94 en sol majeur,
"La Surprise_",_
Harmoniemesse

Avant que la maladie n’ait raison de sa force créatrice, Joseph Haydn ne semble pas avoir été confronté aux difficultés habituellement associées au grand âge : tant qu’il put tenir une plume entre les mains, la fraîcheur, l’inventivité, une certaine forme de naïveté et surtout d’humour ne l’ont, en effet, jamais quitté. Ses oeuvres de fin de vie sont ainsi celles d’un homme qui, n’ayant plus rien à prouver, ne cesse d’explorer les possibilités que son expérience et son cerveau génial lui permettent d’inventer. Si certains ont vu dans l’Hamoniemesse, dernière grande oeuvre achevée par le compositeur, quelques marques des guerres napoléoniennes, il n’en est rien dans le Te Deum et la symphonie dite « La Surprise », oeuvres d’un musicien adulé qui s’amuse de son art et de ses effets, sans jamais perdre de vue ce mélange d’humilité et de ferveur autorisé par les sujets religieux abordés avec sincérité.

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel, Ville de Genève
mardi 1 mars 2022
à
20h00

Alexandra Dovgan

Alexandra Dovgan piano

Ludwig van Beethoven
Sonate pour piano n° 17 en ré mineur, op. 31 n° 2, «La Tempête»
Robert Schumann
Carnaval de Vienne, op. 26
Frédéric Chopin
Quatre ballades

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall
mercredi 9 mars 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Aziz Shokhakimov direction
Behzod Abduraimov piano

Suleiman Yudakov
Procession des fêtes de Khorezm (première suisse)
Sergueï Rachmaninoff
Concerto pour piano et orchestre n° 2 en ut mineur, op. 18
Sergue Prokofiev
Symphonie n° 7 en ut dièse mineur, op. 131

Né à Kokand, une des plus anciennes villes d’Ouzbékistan, le compositeur soviétique Suleiman Yudakov fut l’élève de Reinhold Glière, au Conservatoire de Moscou, qui fut aussi le professeur de Prokofiev. On lui doit le premier opéra comique ouzbek, des ballets, des cantates patriotiques et de la musique symphonique. Fortement teintée d’orientalisme, la Procession des fêtes de Khorezm évoque les musiques de fête en Asie centrale dans des temps très reculés.

Le Concerto n° 2 de Rachmaninoff «ouvre toutes grandes les vannes de l’emphase» avait écrit un critique genevois coincé. Et pourtant, il regorge de ce romantisme russe si particulier, avec ses thèmes généreux et sa virtuosité électrisante. Les premières mesures du début, exposées au piano seul, évoquent le son grave des cloches qui figureront dans presque toutes les œuvres du compositeur. Puis l’orchestre entre, torrentiel, telle une coulée qui emporte tout en submergeant l’auditeur par son ensorcelant pouvoir harmonique et virtuose.

Dernière œuvre achevée par Sergue Prokofiev, la Symphonie n° 7 n’a rien d’un geste testamentaire, elle est bien au contraire fraîche et allègre, d’un lyrisme mélodieux et facile. Écrite dans le but de pouvoir être jouée par des orchestres de jeunes, c’est une véritable ode à la jeunesse de tous les pays et de tous les temps.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
samedi 12 mars 2022
à
11h00

Orchestre de la Suisse Romande

Aziz Shokhakimov direction
Casilda Regueiro conteuse

Suleiman Yudakov
Procession des fêtes de Khorezm
Sergueï Prokofiev
Symphonie n° 7 en ut dièse mineur, op.131 (extraits)

La Procession des fêtes de Khorezm ouvrira ce concert festif qui plongera les auditeurs dans l’univers des contes russes, avec deux histoires de la sorcière Baba Yaga racontées par Casilda Regueiro sur la musique de la Septième Symphonie de Prokofiev.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
dimanche 13 mars 2022
à
17h00

Lemanic Modern Ensemble
Lambert Wilson

Bruno Fontaine direction
Lambert Wilson chant

Lambert Wilson chante Kurt Weil

Après « Papa Haydn », c’est au tour de « Frère Lambert », comme l’appellent ses amis, de venir visiter les Concerts du dimanche. En corps cette fois-ci, amenant avec lui Kurt Weill en esprit. À travers la voix et la présence du comédien français, on suit le parcours du compositeur,
de Berlin où il fait la rencontre déterminante de Bertolt Brecht à New York où il remporte un grand succès à Broadway, en passant par Paris qu’il est contraint de rejoindre pour fuir la montée du nazisme. Kurt Weill, né allemand d’origine juive, se laisse toujours imprégner des lieux qu’il visite, composant comme un Français en France, comme un Américain aux États-Unis. Pour rendre hommage et d’une certaine façon ramener à la vie ce compositeur surprenant, sensible, à la fibre mélodique unique, Lambert Wilson chante en allemand, en français et en anglais, incarne des personnages masculins et féminins, fait usage de sa voix et de son corps.

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel, Ville de Genève
mercredi 16 mars 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Christiane Karg soprano

Igor Stravinski
Le Sacre du printemps, tableaux de la Russie païenne en deux parties
Maurice Ravel
Shéhérazade, trois poèmes pour chant et orchestre sur des vers de Tristan Klingsor
Edgar Varèse
Arcana, pour grand orchestre

Notre concert pourrait recevoir le titre parodique de «Sacre du tympan» tant les œuvres de Stravinski et Varèse font assaut de décibels. Véritable manifeste de la modernité, Le Sacre du printemps est un coup de tonnerre dans le ciel encore clair de 1913. En reprenant le grand orchestre mahlérien, Stravinski casse la baraque avec un génie insolent.

La magie du cycle Shéhérazade de Maurice Ravel viendra à propos calmer les esprits en apportant sa touche d’exotisme. L’immense déflagration du Sacre du printemps a touché de nombreux compositeurs en faisant des émules.

Créateur solitaire et incompris, Edgar Varèse dépasse encore le gigantisme orchestral du Sacre avec Amériques pour 142 musiciens, suivi par Arcana qui en exige 120. L’œuvre porte en exergue une citation de Paracelse: «Une étoile existe plus haut que tout le reste: l’imagination, qui donne naissance à une nouvelle étoile et à un nouveau ciel.» Avec ses éclats sonores à la limite de la saturation, c’est la plus solaire et la plus tonique des œuvres de Varèse, la seule dans laquelle s’entendent des réminiscences, comme si son auteur voulait sortir de l’anonymat et du mépris pour se mesurer aux créateurs de son temps.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 17 mars 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Christiane Karg soprano

Igor Stravinski
Le Sacre du printemps, tableaux de la Russie païenne en deux parties
Maurice Ravel
Shéhérazade, trois poèmes pour chant et orchestre sur des vers de Tristan Klingsor
Edgar Varèse
Arcana, pour grand orchestre

Notre concert pourrait recevoir le titre parodique de «Sacre du tympan» tant les œuvres de Stravinski et Varèse font assaut de décibels. Véritable manifeste de la modernité, Le Sacre du printemps est un coup de tonnerre dans le ciel encore clair de 1913. En reprenant le grand orchestre mahlérien, Stravinski casse la baraque avec un génie insolent.

La magie du cycle Shéhérazade de Maurice Ravel viendra à propos calmer les esprits en apportant sa touche d’exotisme. L’immense déflagration du Sacre du printemps a touché de nombreux compositeurs en faisant des émules.

Créateur solitaire et incompris, Edgar Varèse dépasse encore le gigantisme orchestral du Sacre avec Amériques pour 142 musiciens, suivi par Arcana qui en exige 120. L’œuvre porte en exergue une citation de Paracelse: «Une étoile existe plus haut que tout le reste: l’imagination, qui donne naissance à une nouvelle étoile et à un nouveau ciel.» Avec ses éclats sonores à la limite de la saturation, c’est la plus solaire et la plus tonique des œuvres de Varèse, la seule dans laquelle s’entendent des réminiscences, comme si son auteur voulait sortir de l’anonymat et du mépris pour se mesurer aux créateurs de son temps.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
vendredi 18 mars 2022
à
20h00

Gli Angeli Genève

Stephan MacLeod basse et direction
Julian Prégardien Évangéliste
Benoît Arnould Jésus
Aleksandra Lewandowska soprano
Jenny Högström soprano
Alex Potter alto
Maximilian Vogler ténor

Johann Sebastian Bach
Passion selon saint Jean, BWV 245

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Gli Angeli Genève
mercredi 23 mars 2022
à
20h00

Orchestre National de Russie

Mikhail Pletnev direction
Lucas Debargue piano

Sergueï Rachmaninov
Concerto pour piano nº 2

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Suite du ballet «La Belle au bois dormant»

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand Info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
mercredi 6 avril 2022
à
18h30

Orchestre de la Suisse Romande
Ensemble Contrechamps
Orchestre de la Haute école de musique de Genève

Peter Eötvös direction
János Balázs, piano

Peter Eötvös
Fermata (première suisse)
(Commande de l’Ensemble Contrechamps, de l’UMZE Ensemble et de l’Ensemble Intercontemporain)
Nina Šenk
Changing (première suisse)
(Commande du Slovenian Philharmonic Orchestra et de l’Orchestre de la Suisse Romande)
Peter Eötvös
Cziffra Psodia (première suisse)
(Commande du MÜPA Budapest, du Cziffra Festival, de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et de l’Orchestre de la Suisse Romande)
Witold Lutosławski
Concerto pour orchestre

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 7 avril 2022
à
20h00

Grigory Sokolov

Grigory Sokolov piano

Le programme sera communiqué ultérieurement.

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall
mercredi 13 avril 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Renaud Capuçon violon

Edward Elgar
Concerto pour violon et orchestre en si mineur, op. 61
Igor Stravinski
Le Sacre du printemps, tableaux de la Russie païenne en deux parties

Beaucoup moins connu que son homologue pour violoncelle, le Concerto pour violon en si mineur d’Edward Elgar fut créé avec un succès triomphal par le violoniste viennois Fritz Kreisler sous la direction du compositeur en 1910. Ce dernier en réalisera plus tard un enregistrement devenu célèbre avec le jeune Yehudi Menuhin âgé de 16 ans. D’un romantisme à la Schumann, frisant l’heure d’exécution, il est un des plus longs de tout le répertoire. De l’aveu même du compositeur qui avoue y avoir mis toute son âme, il est délibérément autobiographique et décrit à la fois l’amour pour sa femme et de languissants regrets. Notre soliste de ce soir, Renaud Capuçon, l’a enregistré récemment à Londres sous la direction de Sir Simon Rattle.

Véritable manifeste de la modernité, Le Sacre du printemps est un coup de tonnerre dans le ciel encore clair de 1913. En reprenant le grand orchestre mahlérien, Stravinski casse la baraque avec un génie insolent.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
dimanche 24 avril 2022
à
17h00

L'OCG
Orchestre des Forces Majeures

Raphaël Merlin direction

« Accordez vos vélos ! »

Arthur Honegger Pastorale d’Eté
Francis Poulenc Promenades*
Emmanuel Chabrier Cortège burlesque*
Yves Montand A bicyclette*
Felix Mendelssohn Symphonie no 4 « Italienne »
Johann Strauss Vélocipède, Polka

Comment, animés d’une soif de renouveau et d’un solide esprit d’aventure, des musiciens rompus à la vie nomade adoptent-ils des modes de production et de diffusion plus respectueux de la biosphère ?
En fraternité et avec audace, les musiciens des Forces majeures organisent leur première tournée d’ampleur à vélo, jalonnée de résidences, au départ de Grenoble et à destination de Genève pour ce grand concert de clôture où ils fusionnent avec l’Orchestre de Chambre de Genève.
Ce projet prétend, par sa temporalité et une programmation questionnant non sans humour notre relation au voyage, réduire les émissions carbone,
revitaliser l’imaginaire collectif et augmenter la portée artistique et sociale de la musique.

*arr. Raphaël Merlin

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel, Ville de Genève
lundi 25 avril 2022
à
20h00

Francesco Piemontesi

Francesco Piemontesi piano

Johann Sebastian Bach
Prélude en mi bémol majeur, BWV 552 (arr. Busoni)
Nun komm der Heiden Heiland, BWV 659 (arr. Busoni)
Cantate n° 140, «Wachet auf, ruft uns die Stimme» (arr. Kempff)
Concerto italien, BWV 971
«Siciliano», extrait de la Sonate pour flûte et clavecin en mi bémol majeur, BWV 1031 (arr. Kempff)
Kommst du nun, Jesu, vom Himmel herunter, BWV 650 (arr. Schnaus)
Fugue en mi bémol majeur, BWV 552 (arr. Busoni)
Claude Debussy
Images, Livre II
Sergueï Rachmaninov
Sonate n° 2 en si bémol mineur, op. 36 (version originale)

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall
mardi 26 avril 2022
à
20h30

Jan Garbarek Group, feat. Trilok Gurtu

Nouvelle date

Jan Garbarek saxophone
Rainer Brüninghaus piano et Keyboards
Yuri Daniel contrebasse
Trilok Gurtu percussion

Jan Garbarek a tout simplement créé un courant ou un style musical pratiquement à lui seul. Il a également façonné l’esthétique d’une des marques de disques emblématiques de la musique d’aujourd’hui, ECM, en compagnie de son producteur Manfred Eicher. Une sonorité serrée, directe et très généreusement réverbérée fait de lui un musicien immédiatement reconnaissable, qui a su marier et traduire en jazz l’influence première de Coltrane, des envies d’espace et de tradition de sa Norvège d’origine et une musique indienne qu’il a toujours courtisée spirituellement parlant, notamment en compagnie de L. Shankar, Zakir Hussain ou du chanteur pakistanais Ustad Fateh Ali Khan. C’est d’ailleurs l’incomparable percussionniste Trilok Gurtu, maître incontesté du tabla, qui joue aujourd’hui le rôle de gardien du temple rythmique et de premier coloriste de la formation de Jan Garbarek.

  • Ticketcorner, T 0900 800 800 (CHF 1.19/min, réseau fixe), La Poste, Manor, CFF, à Genève: Globus, Centre Balexert, La Praille, Fnac
  • Victoria Hall
mercredi 27 avril 2022
à
20h00

Gustav Mahler Jugendorchester

Myung-Whun Chung direction

Ludwig van Beethoven
Symphonie nº 6, «Pastorale»

Igor Stravinski
Le Sacre du Printemps

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand Info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
jeudi 28 avril 2022
à
19h30

Orchestre de Chambre de Lausanne

Petr Popelka direction
Truls Mørk violoncelle

Ludwig van Beethoven
Coriolan, ouverture en ut mineur, op. 62
Josef Suk
Sérénade en mi bémol majeur, op. 6
Antonín Dvořák
Concerto pour violoncelle et orchestre en si mineur, op. 104

Prométhée, Léonore, Egmont, Coriolan, autant de figures d’idéalistes et de symboles de la liberté sur l’oppression admirés par Beethoven qui s’identifiait à eux. Son intérêt pour Shakespeare lui a aussi dicté certains choix comme le personnage de Coriolan, inspirateur d’une ouverture symphonique grandiose, dotée d’une puissante force dramatique. La tradition de jouer une ouverture en début de concert s’est perdue pour des raisons de mode ou d’horaires. Saluons l’opportunité qui nous est offerte ici par l’OCL.

Composée vingt ans après celle de son professeur et futur beau-père Antonín Dvořák, la Sérénade pour cordes de Josef Suk en est, en quelque sorte, le pendant. Suk l’écrivit d’ailleurs sur le conseil de Dvořák, suggérant au jeune compositeur d’écrire une musique d’une plume plus légère que sa gravité coutumière.

Souvent submergé par la puissante orchestration de Dvořák, son Concerto pour violoncelle en si mineur trouvera ce soir des couleurs allégées avec cet effectif pour orchestre de chambre. Une occasion sans doute de l’écouter autrement sous l’archet d’un des meilleurs violoncellistes actuels.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
mercredi 4 mai 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Bertrand de Billy direction
Marina Viotti mezzo-soprano

Henri Dutilleux
Symphonie n° 2 pour deux orchestres, dite «Le Double»
Ernest Chausson
Poème de l’amour et de la mer, pour voix et orchestre, op. 19
Maurice Ravel
La Valse, poème chorégraphique pour orchestre

Splendide programme de musique française débutant avec la Symphonie «Le Double» d’Henri Dutilleux que Charles Munch vint diriger à la tête de l’OSR en 1962, peu de temps après sa création par le même chef à Boston. Son sous-titre provient de sa disposition comportant, à la manière de l’antique concerto grosso, une petite formation, intime, secrète, dialoguant avec une grande. Polyrythmie, polytonalité, répartition sonore dans l’espace assaisonnée de percussions diverses, cette cuisine compositionnelle produit du rêve, de la magie, de l’envoûtement et de la pure poésie. Bourgeois cultivé, mort prématurément d’un stupide accident de bicyclette, Ernest Chausson laisse des œuvres très personnelles inscrites dans l’esprit «fin de siècle» qui vit naître l’impressionnisme. Poème de l’amour et de la mer (sans article défini) est une de ses créations les plus marquantes dans laquelle le symbolisme atteint une parfaite adéquation entre le texte et la musique. Quant à La Valse de Maurice Ravel, enregistrée à de multiples reprises par l’OSR, c’est un hommage à la valse viennoise que Ravel aimait tant, mais c’est surtout l’expression de la fin d’un monde, celui du 19e siècle à jamais englouti dans l’horreur de la Grande Guerre de 14-18.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
samedi 7 mai 2022
à
11h00

Orchestre de la Suisse Romande

Elisa Shua Dusapin texte
Christophe Sturzenegger musique
Joan Mompart mise en scène

Le Colibri (première mondiale)

Commande et coproduction Am Stram Gram (textes) et Orchestre de la Suisse Romande (musique)

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de
forêt. Tous les animaux terrifiés observaient, impuissants,
le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher
quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé par cette
agitation dérisoire, lui dit: «Colibri! Tu n’es pas fou?
Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre
le feu!» Et le colibri lui répondit: «Je le sais, mais je fais
ma part.»

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
mercredi 18 mai 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Charles Dutoit direction
Leonidas Kavakos violon

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Concerto pour violon en ré majeur, op. 35
Igor Stravinski
l’Oiseau de feu, ballet (1910)

Ces deux compositeurs parlent souvent d’eux-mêmes dans leurs œuvres. Si Tchaïkovski décrivait son mal de vivre en confiant à la musique ses pensées les plus secrètes, Richard Strauss, lui, aimait étaler la satisfaction de la sienne, n’hésitant pas à se dépeindre en héros, en sportif ou dans son univers domestique qu’il mettait en musique. C’est au bord du lac Léman, à Clarens, que le compositeur russe vint se réfugier pour fuir le mariage de façade qui l’avait traumatisé. Il compose alors le Concerto pour violon en ré majeur lequel, comme beaucoup de chefs-d’œuvre, fut incompris avant de s’imposer dans le monde entier.

Très proche de l’OSR et d’Ernest Ansermet son fondateur, Stravinski avait offert à notre orchestre une suite d’orchestre tirée de son Oiseau de feu, mais c’est bien le ballet complet dans l’opulente version originale de 1910 que nous entendrons au cours de ce concert.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
vendredi 20 mai 2022
à
20h00

City of Birmingham Symphony Orchestra

Mirga Gražinytė-Tyla direction
Gabriela Montero piano

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Concerto pour piano nº 1

Johannes Brahms
Symphonie nº 3

  • Service culturel Migros Genève, Rue du Commerce 9, 1204 Genève, Stand Info Balexert et sur www.culturel-migros-geneve.ch
  • Victoria Hall
dimanche 22 mai 2022
à
17h00

English Chamber Orchestra

Giovanni Guzzo direction
Beatrice Berrut piano

Igor Stravinsky Concerto en ré majeur pour cordes
Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano no 17 en sol majeur, K. 453
Franz Schubert Symphonie no 5 en si bémol majeur, D. 485

Enregistré durant le premier confinement puis salué unanimement par la critique, le dernier disque de Beatrice Berrut débute certes par deux lugubres gondoles et trois odes funèbres, mais contient néanmoins des moments d’une éblouissante clarté. Aujourd’hui au coeur d’un nouveau
printemps, c’est dans une lumière plus chaude que nous emmène la pianiste Beatrice Berrut, avec l’English Chamber Orchestra dirigé par le solaire Giovanni Guzzo. Au programme de ce concert printanier, une oeuvre que Stravinsky composait en 1946 pour célébrer le vingtième anniversaire de l’Orchestre de chambre de Bâle, un concerto de Mozart qui allie mieux que quiconque la mélancolie et l’émerveillement. On conclut avec Schubert, dont on connaît l’intimité avec l’hiver.
Mais il n’a que 19 ans lorsqu’il compose sa cinquième symphonie, et un commentateuranonyme dit à juste titre qu’elle est « la meilleure symphonie de Mozart que Mozart n’a pas écrite ».

  • Billetterie Ville de Genève à la Maison des arts du Grütli, Espace Ville de Genève, Genève Tourisme, Cité Seniors. Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Service culturel, Ville de Genève
mercredi 1 juin 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Marek Janowski direction

Anton Bruckner
Symphonie n° 5 en si bémol majeur

C’est le grand retour de Marek Janowski, ancien directeur musical et artistique de l’OSR (2005-2012) qu’il emmena dans la splendide aventure de l’enregistrement intégral des neuf symphonies d’Anton Bruckner, une rareté pour un orchestre latin.

La Symphonie n° 5 est une des plus vastes qui soient sorties de la plume du génial compositeur autrichien. Avec un matériau de base tout simple, à peine un motif, que Bruckner triture dans tous les sens, et sa gigantesque double fugue finale qui semble faire la synthèse et mettre un point final à toutes les fugues du monde, cette symphonie dépasse la faible humanité pour rejoindre le cosmos. Bruckner éprouvait une légitime fierté pour cet ouvrage tout en architecture et en lumière, «C’est ce que j’ai fait de mieux en matière de contrepoint», disait-il.

Après avoir dépassé sa dévotion au dieu Wagner, il est parti vers de nouveaux horizons, dans les sphères métaphysiques, sur la longue route de sa recherche d’absolu qu’il n’atteindra jamais en laissant son ultime symphonie inachevée.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
jeudi 9 juin 2022
à
19h30

Orchestre de la Suisse Romande

Jonathan Nott direction
Frank Peter Zimmermann violon (artiste en résidence)

Jean Sibelius
Symphonie n° 5 en mi bémol majeur, op. 82
Johannes Brahms
Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 77

Bruckner, Mahler, Sibelius, c’est la saison des grands symphonistes qui mettent un point final à cette forme musicale commencée avec Haydn en posant le pied dans le début du 19e siècle.

Après l’austérité sans concession de sa symphonie précédente, la Symphonie n° 5 de Jean Sibelius renoue avec un certain classicisme et un langage plus avenant sans rien perdre de son originalité. Sa brillante orchestration dominée par l’éclat des cuivres et son caractère héroïque la rendent aisément compréhensible pour le grand public comme pour les initiés. Raisons sans doute de son immense et durable succès. C’est une des meilleures portes d’entrée à l’univers magique du compositeur finlandais.

Frank Peter Zimmermann, notre artiste en résidence, viendra mettre un brillant point final à son année avec l’OSR par l’interprétation du Concerto en ré majeur de Johannes Brahms, à la fois archétype et pilier du répertoire romantique. La création avec Brahms au pupitre et Joseph Joachim au violon reçut un accueil délirant à deux doigts d’être compromis à cause d’un large pan de chemise dépassant du pantalon du compositeur qui avait oublié de mettre ses bretelles. Petite histoire de celles qui remettent les grands hommes dans leur humanité première.

  • Orchestre de la Suisse Romande | rue des Maraîchers 36 | 1205 Genève
  • Victoria Hall
lundi 13 juin 2022
à
20h00

Gli Angeli Genève

Kristian Bezuidenhout piano et direction
Stephan MacLeod basse et direction
Sandrine Piau soprano
Werner Güra ténor

Joseph Haydn
Die Schöpfung

  • Espace Ville de Genève, Grütli, Genève Tourisme, Cité Seniors, Centrale Billetterie T 0800 418 418 (Suisse), T +41 22 418 36 18 (Etranger)
  • Gli Angeli Genève
lundi 4 juillet 2022
à
20h00

Sir András Schiff et Evgeny Kissin

Sir András Schiff piano
Evgeny Kissin piano

Wolfgang Amadeus Mozart
Sonate en ré majeur pour deux pianos, KV 448
Robert Schumann
Andante et variations en si bémol majeur pour deux pianos, op. 46
Antonín Dvořák
Danses slaves pour quatre mains (extraits des op. 46 et 72)
Bedřich Smetana
«Vltava», extrait de Má Vlast (version pour quatre mains)

  • Service culturel Migros Genève, rue du Commerce 9, Stand Info Balexert
  • Victoria Hall